Rivages croisés Tzuan WuRivages croisés New York

Rivages croisés

Catherine Libert et Tzuan Wu
Documentaire
40’
Super 8 et 16mm
France, New York, Taiwan

En cours de développement 

Il est taïwanais et vit à New York. Elle est belge et vit à Paris.
D'une rive à l'autre, ils échangent leurs histoires en une réalité kaléidoscopique brodée sur divers matériaux. Parfois, ils se donnent rendez-vous sur un rivage parfois sur un autre. D’autres fois, leurs amis envoyés vers l'autre rive continuent la correspondance, tracent des ponts...
Lentement, une étrange confusion perturbe la géographie, les identités, comme si ce jeu de cadavre exquis, dans sa propension infinie à créer un réel poétique, redistribuait les rôles. Leurs genres, langues, et gestes se confondent dans une perspective de faux miroirs. L’échange devient vertige.
Dans cette succession de métamorphoses, une destination commune se dessine : Formosa, île oubliée, devient le territoire indéfini à atteindre pour déployer d’autres devenirs. 

rivage4                                                                               

Note de production

En 2015, 529 Dragons a produit Des Provinces Lointaines, documentaire tourné en 16mm, sur le cinéma indépendant italien de Catherine Libert (co-réalisé avec Stefano Canapa). Membre de L’Abominable et proche depuis de nombreuses années du cinéma expérimental avec le CJC, j’aime comme Catherine Libert et Tzuan Wu pratiquer et défendre le cinéma sous sa forme argentique. Je suis attentivement le travail de ces deux cinéastes et ai programmé Phénix de Catherine Libert et le dernier film de Tzuan Wu lors de la 17e édition du Festival des cinémas différent et expérimentaux de Paris.

Leur correspondance filmée m’a tout de suite séduite, connaissant le désir inventif de cinéma de l’un et de l’autre. Et je suis particulièrement sensible à la démarche esthétique et plastique de Rivages croisés dans ses partis pris formels. Notamment des textures de l’image, des tessitures des voix dans le mélange des langues et une envie charnelle et sensuelle portées sur des corps freaks sublimés.

Le film s’inscrit aussi dans l’Histoire et l’Histoire du cinéma. Deux enfants du XXème siècle, chargés l’un et l’autre des stigmates de la seconde guerre mondiale se rencontrent au XXIème siècle dans un même désir d’en finir avec le système hétéro-normatif et la domination patriarcale. Et reconduit la rencontre rare d’un homme asiatique et d’une femme européenne de « Hiroshima mon amour ». Une union qui se découd lentement, laissant apparaître des failles, des cicatrices historiques avec lesquelles ils devront réinventer un monde qui pourra accepter les mille personnes qu’ils portent en eux. LR