529 Dragons
est une société de production d’images en mouvement créée par Aurélia Barbet et Laurence Rebouillon fin 2012.
Son nom associe un chiffre fétiche (23) multiplié par lui même : 529 et une créature de légendes : Dragons.
Nous vivons à Marseille, nous avons choisi cette ville pour raconter ici et maintenant par le cinéma des histoires qui nous portent et nous emportent.
Cinéastes, scénaristes, documentaristes, auteur.e.s, nous avons décidé de nous allier et nous réunir en collectif pour défendre un cinéma moderne et exigeant que nous voulons produire.
Emilie Aussel, Marcia Romano, Régis Sauder et Dorothée Sebbagh rejoignons 529 dragons société fondée par Aurélia Barbet et Laurence Rebouillon en 2012 pour désormais produire des courts et des longs-métrages. 
S’unir dans le territoire qui nous rassemble pour porter des projets audacieux, singuliers, nous semble une forme de résistance nécessaire pour continuer à inventer ensemble le cinéma de demain. Se donner les moyens de la production de nos œuvres, soutenir les projets de cinéastes dont le regard nous touche est une façon de se réapproprier les outils de fabrication des films, faire du cinéma autrement : telle est notre volonté.
Nous sommes réunis autour d’un cinéma porté par des points de vue engagés sur le monde, des récits qui ouvrent nos imaginaires, mais nous voulons également produire des films plus hybrides, des œuvres de recherches car seul le dialogue de toutes ces formes fait sens dans sa diversité.
Dans notre époque de grandes incertitudes, dans un monde où tous les équilibres se disloquent, nous croyons plus que jamais à la force du collectif, à la nécessité de produire autrement, de façon artisanale au sens noble du terme. Il faut inventer de nouvelles pratiques et notre expérience à de nombreux postes de fabrication des films est un atout. Nous voulons produire dans une forme de compagnonnage, avec l’idée de pouvoir accueillir des cinéastes qui se reconnaissent dans notre approche et nos pratiques. Dans l’intérêt des films et de leur plus grande exposition, nous développerons aussi des possibilités de co-production et les meilleures alliances pour défendre nos œuvres.
Nous désirons faire des films ici et dans les territoires de nos imaginaires respectifs, des films d’un monde dont il faut recueillir et représenter les soubresauts, la vie, les changements !

Émilie Aussel
Née en 1980 à Montpellier, Émilie Aussel étudie aux Beaux-Arts de Montpellier, à la Villa Arson, puis au Fresnoy, elle s’est ensuite installée à la capitale. Se cherchant entre art et cinéma, elle a collaboré à des créations chorégraphiques, théâtrales et musicales pluridisciplinaires et élabore ainsi des installations vidéos destinées à la scène. En 2009, le tournage d’un court-métrage à Marseille fut le déclencheur. Quelques années plus tard, trois court-métrages ont suivi, produits par Shellac. Des films de bande et de solitude interrogeant le rapport à l’intime et au collectif où se racontent des histoires d’amitié et d’amour pour faire le portrait d’une jeunesse consciente d’elle-même, non dépourvue d’humour, d’ironie et de romantisme. Une jeunesse en quête d’absolu et de communauté émotionnelle, cherchant ici-bas ce quelque chose qui la dépasse. Parallèlement, Émilie mène aussi de nombreux ateliers cinéma avec des adolescents et des jeunes adultes. Chaque atelier est le moyen d’être au contact de jeunes gens qui pourraient peupler ses récits, de les inviter à écrire, à jouer, à filmer, à parler d’eux, de leurs sentiments, de leurs rapports aux autres, au monde. Meneuse aussi de workshops en École d’Arts, École d’art dramatique ou avec le G.R.E.C. Accompagnée par Shellac, elle réalise « Mourir jeune », long-métrage co-écrit par Emmanuelle Bayamack-Tam, auteure publiée chez P.O.L et Yacine Badday, scénariste. Un autre projet de long est en cours : « L’extase de Dorothée ».

 

Aurélia Barbet
Après des études d’histoire, Aurélia Barbet fonde Celluloïd avec un groupe de cinéastes Antibois. Ensemble, ils feront une dizaine de courts métrages. À son arrivée à Marseille en 2004 correspond une filmographie plus intime. Elle réalise Hôtel Plasky en 2004, Cette femme à laquelle je pense en 2005 et co-réalise Holiday avec Agathe Dreyfus en 2005. Elle fait un détour par le documentaire avec Ceux qui restent en 2011, qui suit la reconstruction d’un homme dont la femme s’est suicidée à cause du travail. En 2012, elle tourne son premier long métrage de fiction Passer l'hiver, présenté au festival d'Angers, Premiers plans en 2013 et sorti en salles le 15 janvier 2014.
Depuis, qu’elle réalise des films documentaires, fictions, et essais, elle s’est investie dans diverses structures de productions et de diffusion de films comme Labo d’image (ex Films de la belle de Mai), Film flamme, la Compagnie de la Cité à Marseille. Elle tient de ces rencontres et expériences, le goût pour l’aventure collective, la mise en œuvre de projet et le désir de faire se croiser les compétences. La création de 529 Dragons s’inscrit dans le prolongement de ces démarches et une volonté de développement.

Laurence Rebouillon
Après des études de lettres et de cinéma à Aix-en-Provence, Laurence Rebouillon se lance, dès 1996, dans la réalisation de films atypiques tournés en Super 8. En 2000, elle s'investie dans la production cinématographique avec la société Les Productions Aléatoires. Structure au sein de laquelle elle réalise ses propres films et produit des courts métrages expérimentaux de cinéastes, qui comme elle, travaillent en pellicule. En parallèle elle crée une compagnie de théâtre, la Cie LRIR, avec la comédienne et metteuse en scène, Isabelle Ronayette. Elle réalise des installations pour des spectacles chorégraphiques de la Cie Ex Nihilo. Dès 2005, elle s'emploie à la distribution et à la programmation de films expérimentaux et vidéos d’artistes au sein du Collectif Jeune Cinéma (CJC). Elle co-dirige plusieurs éditions du Festival des Cinémas différents de Paris. Sa démarches cinématographique entremêle récit et expériementations platiques et sonores. Ses films sont distribués par le CJC et quatre de ses films ont été montré à la Cinémathèque Française dans le cadre des séances Cinéma d'Avant-Garde en janvier 2013. Avec 529 Dragons, elle poursuit son désir de production. 

Marcia Romano
Marcia Romano est née en 1971 à Buenos Aires. En 1979, elle quitte l’Argentine en pleine dictature et travoltamania. Elle s’installe à Paris, puis vingt ans plus tard, à Marseille. Après des années à la caisse du Cinéma Mac-Mahon, des études de scénario, des expériences sur les tournages et dans des sociétés de production, elle collabore aux projets de nombreux réalisateurs. Parallèlement, elle mène, avec Benoît Sabatier, ses travaux personnels à Marseille dont, entre 2012 et 2017, une trilogie marseillaise DIY.

Régis Sauder
Régis Sauder est né en 1970 à Forbach, il vit aujourd’hui à Marseille. Après des études de neurosciences, il s’oriente vers le journalisme scientifique. Il collabore avec plusieurs revues et émissions de vulgarisation scientifique avant de se consacrer à la réalisation. Il est l'auteur réalisateur de nombreux films documentaires pour la télévision avant de suivre l’atelier documentaire de La Fémis en 2005. Par la suite il réalise cinq longs-métrages documentaires pour le cinéma, sélectionnés dans de nombreux festivals et sortis en salle. Il a également réalisé des installations pour le théâtre et les musées. Il a siégé aux commissions artistiques de soutien au cinéma documentaire pour le CNC, la SCAM, la Région Nouvelle Aquitaine. Il enseigne l’écriture et la réalisation documentaire à la CinéFabrique, au l’École documentaire de Lussas. Il a été co-président du cinéma du Réel en 2020 et membre de son conseil d’administration. Il a coprésidé l'ACID (association du cinéma indépendant pour sa diffusion) de 2017 à 2019 dont il est cinéaste adhérent.Régis Sauder est né en 1970 à Forbach, il vit aujourd’hui à Marseille. Après des études de neurosciences, il s’oriente vers le journalisme scientifique. Il collabore avec plusieurs revues et émissions de vulgarisation scientifique avant de se consacrer à la réalisation. Il est l'auteur réalisateur de nombreux films documentaires pour la télévision avant de suivre l’atelier documentaire de La Fémis en 2005. Par la suite il réalise cinq longs-métrages documentaires pour le cinéma, sélectionnés dans de nombreux festivals et sortis en salle. Il a également réalisé des installations pour le théâtre et les musées. Il a siégé aux commissions artistiques de soutien au cinéma documentaire pour le CNC, la SCAM, la Région Nouvelle Aquitaine. Il enseigne l’écriture et la réalisation documentaire à la CinéFabrique, au l’École documentaire de Lussas. Il a été co-président du cinéma du Réel en 2020 et membre de son conseil d’administration. Il a coprésidé l'ACID (association du cinéma indépendant pour sa diffusion) de 2017 à 2019 dont il est cinéaste adhérent.

Dorothée Sebbagh
Après des études de cinéma à l’université puis en réalisation à la Fémis, Dorothée Sebbagh écrit et réalise plusieurs court-métrages remarqués en festivals au début des années 2000.
Son premier long-métrage de fiction, CHERCHER LE GARCON, produit avec un mini budget à partir d’un canevas de récit et de séquences d’improvisations entre acteurs est distribué en salles en 2012 par Shellac et rencontre un succès à la fois critique et public. Son deuxième-long métrage, L'EX DE MA VIE, est une comédie romantique produite par les Films du 24, sortie en 2015 par UGC. Elle a collaboré par ailleurs avec des cinéastes comme Mati Diop, Valérie Donzelli, Nine Antico et aussi Emmanuel Mouret, Jean-Claude Brisseau ou Thierry De Peretti. Le nouveau film écrit et réalisé par Dorothée Sebbagh est un court-métrage de 26 minutes, MALMOUSQUE. Elle développe actuellement l’écriture d’un projet de long-métrage de comédie, GROSSE PATATE ! ainsi qu’un long-métrage de genre fantastique dont le tournage est prévu en Corse, LA FEMME AU CABANON.

Les informations publiées sur ce site sont exclusivement réservées à la consultation et à l’utilisation dans le cadre d’un usage privé et non-marchand, elles ne sont pas destinées à une utilisation collective, qu’elle soit payante ou gratuite. Sauf autorisation expresse de l’éditeur, la reproduction partielle ou intégrale du contenu du site est interdite.